Contrefaçon de tabac: alerte au crime organisé (2)

Contrefaçon de tabac: alerte au crime organisé (2)

Retour sur l'importante table ronde sur la contrefaçon qui s'est tenue à l'Assemblée nationale le mardi 21 juillet, mettant en lumière le cas spécifique du tabac, un secteur dans lequel le crime organisé a investi.

Après le présentation des points forts sur l'intervention de Philippe Coy, revenons aux débats (voir 25 juillet).

•• " La hausse actuelle des tabacs contrefaits, soutenue par les réseaux mafieux, est alimentée par la situation particulière du marché français, dont les prix devraient rester les plus élevés d'Europe continentale pendant un certain temps »Souligné Philippe Coy qui ont également rebondi sur le problème de santé publique:

• la contrebande de tabac moins chère s'adresse principalement aux jeunes, en particulier aux mineurs;
• ces produits contrefaits échappent par définition à toute norme, notamment en matière de réglementation sanitaire.

•• Alain Juillet, Président de l'Association pour la lutte contre le trafic illicite (ALCII), a en particulier exhorté le modus operandi des usines de contrefaçon, découvert en Belgique, en Espagne et en Italie: " … Toujours pareil: installation dans des hangars discrets dans des espaces industriels; une main-d'œuvre limitée des pays de l'Est, ainsi que des cadres … insolvables; un mouvement sournois après quelques mois. "

•• Maillot de bain Charlotte, Le Commissaire de la Direction de la Sécurité de Proximité de l'Agglomération de Paris de la Préfecture de Police de Paris (DSPAP) a confirmé le développement exponentiel d'un de plus en plus de vendeurs ambulants chevronnés : avec toute une chaîne logistique, le vendeur ambulant ne peut accepter qu'un petit nombre de colis.

Philippe Coy a ensuite rappelé que la Confédération avait œuvré pour punir secrètement l'acheteur (voir 20 et 26 décembre 2019).

•• Le colonel Johanne Gojkovic-Lette, en charge de la mission à la subdivision de police judiciaire de la direction nationale de la gendarmerie (DGGN), a confirmé que la lutte contre la contrefaçon était un Priorité européenne. Le débat a également porté sur la coopération avec les douanes.

Ainsi que la création éventuelle d'une sorte de "bureau central de lutte contre le trafic illicite", qui impliquerait une coopération sous la coordination des douanes, de la police, de la gendarmerie et des tribunaux spécialisés.

•• Philippe Coy a rebondi à la traçabilité : " Il est trop tôt pour procéder à une évaluation étayée du système de traçabilité des produits du tabac mis en place il y a un an. (voir 5 août 2019), mais il est clair qu'une fois que toutes les forces sont en place pour identifier les paquets, ce sera un outil supplémentaire précieux pour trouver l'origine des paquets & # 39;.

Bien qu'il reconnaisse que cela ne peut décourager les projets de réseaux criminels organisés dont le modèle est illégal d'un bout à l'autre de la chaîne.

•• Un avis général partagé par tous les participants: c'est tout urgent de sensibiliser le public sur le sujet.

L'un des rapporteurs, le suppléant, s'est échappé de la réunion Christophe Blanchet, à Philippe Coy: " faire comprendre que les cartouches de cigarettes contrefaites financent en fin de compte les cartouches de Kalachnikov & # 39;.

Voir aussi notre article sur les tubes pour faire les cigarettes

Source : www.lemondedutabac.com