Espagne: les avatars d’une enquête sur un ancien maire … soupçonnés d’être à la tête de l’une des plus grandes organisations de contrebande de tabac d’Europe

Espagne: les avatars d’une enquête sur un ancien maire ... soupçonnés d’être à la tête de l’une des plus grandes organisations de contrebande de tabac d’Europe

C'est une histoire hallucinante. Cela nous rappelle à quel point de grands trafiquants "historiques" de tabac peuvent encore jouer la lenteur des différentes juridictions du continent européen.

En fait, les autorités espagnoles sont accusées depuis quelque temps José Ramón Nené Barral – ancien maire (parti populaire, à la droite de l'échiquier espagnol) de Ribadumia, dans la région espagnole de Galice – àune des plus grandes organisations de contrebande de tabac en Europe depuis 35 ans.

Rappelez-vous qu'historiquement, certaines familles de la mafia galicienne ont une lourde responsabilité en matière de trafic illicite et de trafic de drogue.

•• Et le Tribunal fédéral suisse Enfin, pour valider une "demande d’assistance mutuelle" juridique auprès de laquelle le tribunal espagnol en charge du litige peut consulter les relevés bancaires suisses de l’une des fillettes du suspect: une résidente genevoise soupçonnée d’en faire partie faire l'organisation criminelle.

Il était temps que les autorités espagnoles soient occupées par Nené Barral depuis 2001, date d'un premier coup de feu ayant conduit à son arrestation avec 17 autres personnes. Toutefois, après huit années de procédure, dont plusieurs demandes d’assistance mutuelle échouées à la Suisse, les accusations ont été retirées en 2009.

•• Nené Barral n'a finalement pris qu'une décision en matière fiscale accord en 2016 avec la justice galicienne, qui s'est préparée à exiger huit ans de prison pour lui. Le maire déposé s'était échappé par une peine de prison d'un an et une amende de 700 000 euros.

Mais les procureurs n'avaient pas lâché l'affaire. Parallèlement à la procédure fiscale, le procureur de Lugo a repris l'enquête pénale en 2014 dans le cadre d'une nouvelle opération dénommée Zebra. Dans ce contexte, l'Espagne a de nouveau sollicité l'aide des autorités suisses … en juin 2018.

•• Selon la requête espagnole, résumée dans un arrêt du Tribunal pénal fédéral (TPF), "Nené Barral serait le responsable d'une des plus grandes organisations de contrebande de tabac en Europe avec des connexions qui s'étendent à différents pays: tels que le Portugal, les États-Unis, la Grèce, la Roumanie, la Chine, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni. Les membres de la famille Barral feraient partie de l’organisation criminelle et participeraient aux activités illégales de contrebande et de blanchiment d’argent. "

•• Au cœur de ce réseau familial, les autorités espagnoles soulignent à présent leune des filles Nené Barral qui jouerait le rôle "d'assistant et de bras droit de son père". Alors venez trois autres enfants : un fils basé en Italie et deux filles basées en Suisse.

Toujours selon la demande d'assistance mutuelle: ces derniers, par contre, utiliseraient cet endroit pour obtenir un maximum d'impunité dans leurs activités criminelles, à la fois pour ceux qui sont susceptibles de fournir une aide à la contrebande et le trafic de tabac et pour ceux dérivés du blanchiment d'argent. ".

•• C'est également l'une des deux filles vivant à Genève qui s'oppose aux appels à la demande des autorités espagnoles. Toutefois, chargé de l’exécution de la requête espagnole, le procureur général de Genève a ordonné le transfert de plusieurs documents bancaires à l’Espagne en mars de cette année. Le tribunal pénal fédéral a rejeté l'appel de la jeune fille le 3 septembre.

Et la cour fédérale a fait la même chose: le 2 octobre. Cela progresse …

Source : www.lemondedutabac.com