"La vapeur sauve des vies, l'OMS oublie" (France Vapotage)

Vapoteur E-cigarette

En réponse aux récentes déclarations de l'OMS sur le vapotage (voir du 27 juillet), le syndicat français Vapotage (voir du 10 juillet) a répondu par un communiqué de presse que nous avons reproduit intégralement.

" France Vapotage, l'association professionnelle des fabricants de produits Vapor, déplore les déclarations récentes de l'OMS et s'inquiète de leur impact sur la santé publique. Qualifier la cigarette électronique de «indéniablement nuisible» signifie affaiblir une alternative au tabac que de nombreux fumeurs souhaitent arrêter. Elle s’étonne de cette position qui contredit complètement de nombreuses études scientifiques publié, y compris celui de Santé publique France (voir Lt du 26 juin)et demande un débat tranquillefondés non sur des préjugés, mais sur des approches et des connaissances scientifiques solides.

•• La publication du septième rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) du 26 juillet, qui analysait les politiques et les résultats des pays où des mesures de lutte antitabac avaient été prises, a fait l'objet d'une couverture médiatique intense de ses décisions et conclusions très controversées. à propos de la cigarette électronique. Ce dernier est dit "indéniablement nocif" et ne serait en définitive "pas recommandé en tant que dispositif d'arrêt du tabagisme".

France Vapotage, l'association professionnelle des produits Vape, est émue et inquiète des conséquences de telles déclarations sur la santé publique.

•• En fait un consensus scientifique Il existe maintenant que Vapotage, si vous ne pouvez pas prouver sa sécurité totale pour le moment, est sans doute moins nocif que le tabac, sans action commune,

Plusieurs études ont même montré que la vapeur de la cigarette électronique contenait 95% moins d’émissions nocives que la cigarette au tabac. En particulier, il ne contient ni goudron ni monoxyde de carbone. Bien entendu, d'autres études scientifiques, en particulier des études épidémiologiques portant sur des cohortes nombreuses, doivent maintenant prouver les effets à long terme des vapeurs sur la santé. Mais cela reste le fait Vaping aide les consommateurs à arrêter de fumer et sauve des vies, De ce point de vue, depuis la publication du rapport de l’OMS, de nombreux médecins ou scientifiques se sont mobilisés pour défendre les personnes souffrant du point de vue de la réduction des risques.

•• En outre, France Vapotage note que ces positions sont en totale contradiction avec les conclusions de Santé publique France sur la Journée mondiale sans tabac de mai 2019. Agence nationale de santé publique a constaté que les cigarettes électroniques étaient les aides au sevrage tabagique les plus couramment utilisées les fumeurs qui ont essayé d'arrêter de fumer dans le contexte des taches et autres substituts de la nicotine qui sont largement utilisés par les autorités publiques et remboursés par la sécurité sociale. Dans une autre étude publiée le 26 juin 2019 Santé publique France a souligné qu'entre 2010 et 2017, la cigarette électronique permettait à 700 000 fumeurs de fumer par jour.,

•• France Vapotage demande à l'OMS de citer et de justifier le fondement scientifique des conclusions violentes et parfois contradictoires contenues dans le rapport publié. L'association souhaiterait connaître les données de ces études, les sources de financement et les protocoles choisis.

En général, la France souhaite Vapotage plus de modération et de raison dans les débats sur la cigarette électronique, Elle regrette la prolifération de communications suscitant la peur, des réactions alarmantes, souvent contradictoires et parfois exagérées autour de ce produit. Toutes ces communications créent et entretiennent des doutes dans l'esprit des fumeurs. Ils affaiblissent une alternative au tabac, qui pourrait être acceptée par les consommateurs qui ne bénéficient pas de substituts à la nicotine. Ils ralentissent la lutte contre le tabagisme.

•• Les fumeurs qui essaient d'arrêter de fumer n'ont pas à jouer avec les peurs et à multiplier les polémiques. Ils ont besoin d'un débat pacifique fondé non pas sur des préjugés mais sur des approches et des connaissances scientifiques solides. En ce sens Notre association a pris l’initiative cette année de commander une étude des études scientifiques existantes à Opus Line.Sans recherche financée par l'industrie pharmaceutique, du tabac ou de la vapeur. Cette revue des études scientifiques (disponible sur le site de France Vapotage) analyse en détail le fonctionnement d’une cigarette électronique, les risques connus, la composition de la vapeur, les raisons que les fumeurs donnent à Vapot, le possible "effet gateway" au tabac etc. (voir le lundi 28 mai).

•• L’urgence de la santé publique est de reconnaître la réalité de la vapeur, de saisir les opportunités offertes par la santé publique et de créer le cadre juridique approprié, "

Source : www.lemondedutabac.com