Limites du transport de tabac par les particuliers: "nous nous battons depuis des années …" (Gérard Vidal)

Limites du transport de tabac par les particuliers: "nous nous battons depuis des années ..." (Gérard Vidal)

Ce n'est pas une surprise …

Les réponses au vote à l'Assemblée nationale d'un changement de gouvernement – sur une réduction drastique des quantités de tabac transportées pour une personne rentrant de l'étranger (de 4 à 1 patron / voir 10, 9 et 8 juillet) – ont été Contrastant pour le moins … que vous soyez un buraliste ou un fumeur habitué aux achats transfrontaliers. Exemples.

•• Sans aucun doute BFMTV, ce 10 juillet Christophe Carpentier (président des buralistes de Lille): « sept euros d'un côté et dix euros de l'autre… c'est complètement infidèle. Il doit y avoir l'uniformité européenne, que nous demandons depuis longtemps. Et nous espérons que cette limitation est une première étape "

Pendant ce temps chez Bizet, en Belgique, deux acheteurs français Réponse: " ce sont toujours les bas salaires qui souffriront par rapport aux riches … ”; " au lieu d'y aller une fois par mois, on y va deux à trois fois "

•• Sans aucun doute France Bleu Occitanie, ce 9 juillet Gérard Vidal (Président de la Fédération des tabacs d'Occitanie et Vice-président de la Confédération) insiste: " Nous luttons contre ce problème depuis des années, car la politique de santé du gouvernement ne doit pas subir de forte hausse des prix, créant un avantage différentiel pour nos voisins. Aujourd'hui, la différence avec l'Espagne est de 50%. Pendant l'incarcération, nous avons réalisé des ventes exceptionnelles: nous avons trouvé 1,5 million de clients fumeurs que nous avions perdus.

" Si nous voulons qu'une politique de santé soit mise en œuvre, elle doit être européenne. Et face à la perte fiscale massive, nous avons demandé une baisse d'une cartouche par personne. Nous avons également demandé un gel des impôts sur cinq ans dans l'espoir que les pays voisins augmenteraient un peu les prix "

•• UNE client de Troyes, (près de trois heures de route de la station-service Luxembourg Berchem) a déclaré à un journaliste de Le nécessaire : " cette nouvelle mesure nous irrite car nous voyageons pour un groupe de personnes tous les trois mois. Mais cela ne signifie pas que nous achèterons du tabac en France. Nous venons ici plus souvent en faisant le plein des voitures.

«  Pendant l'incarcération, lorsque j'ai acheté mes cigarettes en France, j'ai perdu entre 300 et 400 euros. C'est énorme pour mon budget et c'est très intéressant de venir ici. Je ne comprends pas cette nouvelle mesure du gouvernement français. C'est vraiment un abus. Une cartouche autorisée ne vaut plus les frais de voyage car il reste des miles. Cependant, je peux vous assurer que nous nous organiserons différemment "

Découvrez aussi notre article sur la machine à tuber électrique

Source : www.lemondedutabac.com