Montargis: Goûtez un impressionnant commerce de cigarettes sur Snapchat

Montargis: Goûtez un impressionnant commerce de cigarettes sur Snapchat

16 125 boîtes de cigarettes!

C'est ce qui, selon les enquêteurs de la police judiciaire d'Orléans, a été vendu par un réseau de l'agglomération de Montargis entre le 5 novembre 2019 et le 11 mars de cette année.

•• Un exemple de cas qui explique pourquoi les douanes l'ont demandé plus que compétences en recherche démonter toutes les formes trafic de tabac en ligne. Alors que Gérald a dû supprimer Darmanin pour que le Parlement réponde à ce besoin. Avec le soutien actif de la Confédération aux parlementaires (voir 7 et 14 novembre et 18 décembre 2019).

Un cas dans lequel Philip Morris France a engagé une procédure civile.

•• Mais revenons au trafic en question. Ils étaient cinq ce mercredi 24 juin, à comparaître pour escroqueries organisées de gangs: deux frères, dont l'un est soupçonné d'être à la tête du réseau; une femme qui a loué la boîte dans laquelle les cigarettes étaient stockées; fournisseur "et" conducteur ".

Tous surpris et arrêtés le 11 mars, rapporte La république du centre.

Comme l'a dit le président de la Cour, tout a commencé en novembre dernier avec des informations anonymes montrant que les deux frères étaient engagés dans une commerce de cigarettes à Montargis et environs (agglomération urbaine de 110 000 habitants, à 120 kilomètres au sud de Paris).

•• Les chercheurs ont rapidement découvert que "l'entreprise" était menée via le réseau social Snapchat, sur laquelle les deux frères ont posté des vidéos et des photos avec des cartouches, vendu 40 euros pièce. Ils ont même parfois fait la promotion.

" Je les touche entre 25 et 30 euros Reconnu "chef de réseau". " Et le prix ne vous a pas intrigué? Demanda le président, soulignant le prix réel d'une cartouche de la même marque. Parce que Philip Morris France, partie civile au procès, était représenté dans la salle par Daniel Bruquel, responsable du service de prévention du commerce illicite (voir les 22 mai 2019, 30 octobre et 17 mai 2018).

•• Des cigarettes ont été vendues sur le marché parallèle faux? Cette question a fait l'objet de nombreux débats, l'expertise montrant que les colis ne quittent pas les usines de Philip Morris International.

Suffisant pour établir l'infraction, selon l'avocat du fabricant et le représentant des douanes qui ont exigé une amende de près de 170 000 euros contre les défendeurs.

•• Le "responsable du réseau" a admis faire des affaires mais ne pas vendre de cigarettes contrefaites; son frère dit qu'il n'a jamais reçu un sou de ces ventes. Quant au "locataire" du coffre, elle ignorait ce qui était entreposé et le "chauffeur" de son côté pensait transporter des meubles …

•• Verdict: Les demandes de l'Accusation de "ne pas minimiser les faits" ont été suivies:

• 2 ans d'emprisonnement dont 1 ferme (avec garanties immédiates) pour "l'Organisateur";
• 18 mois, dont 12 proches du «fournisseur» dont nous avons apparemment peu appris;
• suspendu pour 6 mois pour le frère «organisateur»; idem pour le "locataire";
• suspendu pour 4 mois pour le «conducteur»;
• 188 000 euros d'amendes collectives (calculées sur les 1 023 cartouches saisies lors des arrestations);
• 13 000 euros de dommages et intérêts pour Philip Morris France.

Découvrez aussi notre article sur la tubeuse électrique

Source : www.lemondedutabac.com