Vaping: "Arrête l'intransigeance de l'OMS" (Fivape)

Etats-Unis: "Ce n'est pas la vapeur qui est mise en cause, mais le chemin" (Jean-Pierre Couteron)

La Fédération internationale de la vape (Fivape / voir 22 janvier 2020 et 29 septembre 2019) répond à la couverture médiatique d'un nouveau rapport sur les cigarettes électroniques parrainé par l'OMS (voir 23 janvier 2020).

Nous le reproduisons entièrement.

" L'Organisation mondiale de la santé est à nouveau à l'origine d'une polémique sur le vapotage. Adoptés par une grande partie de la presse française, les mots clés "sans doute" sur la nocivité de la cigarette électronique font la une des journaux sur le sujet. La Fivape condamne ce traitement médiatique au cutter et la position ambiguë de l'OMS sur le sujet du vapotage.

•• " La mise à jour de la FAQ sur la cigarette électronique sur le site de l'OMS, la publication d'un nouvel article, … et deux tweets. C'était tout ce dont vous aviez besoin pour une conversation méthodique anti-vapotage qui est maintenant bien établie pour réussir sur le Web. Dans ces publications, présentées sous forme de questions et réponses, l'OMS fait des déclarations de consentement explicites (et ne se procurant jamais).

•• " On nous dit que "les cigarettes électroniques sont nocives pour la santé", "qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour promouvoir leur utilisation dans le contexte de l'arrêt du tabac" ou "qu'elles ne sont en aucun cas nocives pour la santé".

" Trop, c'est trop. Sur quelles études l'OMS s'appuie-t-elle pour pouvoir exclure en toute sécurité un abandon des options de sevrage tabagique? Pourquoi nie-t-elle l'existence d'études fiables bénéfiques pour les produits de vapotage?

•• " Ce n'est pas la première fois queL'OMS n'applique pas la rigueur scientifique à ses déclarations, Ce fut le cas en juillet dernier: les médias ont alors pris possession du "préjudice indéniable" de la cigarette électronique, et Fivape avait dénoncé dans son communiqué de presse l'absence totale de sources scientifiques dans le rapport accusé (voir 29 juillet 2019).

•• " Les vapeurs eux-mêmes s'expriment sur la base dearguments scientifiquesd'études indépendantes. La science nous dit donc:

• Les cigarettes électroniques sont au moins 95% moins nocives que les cigarettes de tabac.
• Les produits à base de vapeur font partie des médicaments que les fumeurs utilisent le plus souvent lorsqu'ils essaient d'arrêter de remplacer la nicotine.
• Ils sont deux fois plus efficaces que ces derniers pour sortir les fumeurs du tabac.

•• " Santé publique France confirme ces résultats et déclare que l'e-cigarette est utilisée par plus de 99% des fumeurs ou anciens fumeurs pour arrêter ou ne pas arrêter de fumer et qu'elle a permis à plus de 700 cigarettes 000 personnes ont eu avec arrêtez de fumer.

•• " Nous demandons donc à l'OMS de ne plus souligner la nocivité présumée des cigarettes électroniques au vu des dommages extrêmes prouvés causés par les cigarettes de tabac et de ne pas déclencher des avertissements insensés contre les vapeurs.

" Le résultat est clair et catastrophique: les fumeurs sont maintenus dans le tabac pour de mauvaises raisons en étant distraits de la meilleure solution existante pour réduire le risque de tabac. Il s'agit d'un problème de santé publique trop important pour être pris en compte et pris en compte avant d'être présenté au public.

•• " Et nous Demandez à la presse de faire les vérifications nécessaires Avant d'écrire un article: les recommandations de l'OMS sur la sécurité des produits à vapeur sont en vigueur en France depuis 2016. Les produits de nos professionnels indépendants, engagés dans l'industrie du tabac, ont permis à des centaines de milliers de Français d'arrêter de fumer sans recevoir de mise en garde sanitaire depuis près de dix ans. ».

Voir également le 25 janvier 2020.

Source : www.lemondedutabac.com