Vapotage: "Les perturbations du marché ne vont pas continuer" (Olivier Martzel, Gaïatrend)

Vapotage: "Les perturbations du marché ne vont pas continuer" (Olivier Martzel, Gaïatrend)

Après un panorama de la turbulence de la cigarette électronique à travers l’Atlantique (voir le 30 octobre), Marie-José Cougard, responsable de la zone "consommation" de écho, considère la situation en France, où les ventes ont chuté de -10% à -40%, selon les magasins spécialisés.

Nos ventes ont chuté de 20% depuis septembre. C'est la première fois en dix ans. Nous avons dû rassurer nos 150 employés " découvertes Olivier MartzelDirecteur général de Gaïatrend, qui prétend être un leader sur le marché français des e-liquides (voir des 23 et 9 octobre 2018).

•• Les plus de 30 décès liés à l'utilisation abusive de l'e-cigarette aux États-Unis ont eu un effet boomerang très important: les ventes de produits anti-buée ont diminué 15 à 20% chez les buralistes et 10 à 40% dans les magasins spécialisés,

Il n'y a pas de doute pour Olivier Martzel "Les décès outre-Atlantique sont dus à l'utilisation de substances interdites telles que le tétrahydrocannabinol (THC) ou la vitamine E sous forme d'huile ou de diacétyle."

•• En France contiennent des e-liquides quatre substances standard – par l'Association Française de Normalisation (AFNOR) – à la demande des représentants des producteurs: propylène glycol, glycérine végétale, de nombreux arômes approuvés par l'Union européenne et nicotine en quantités variables (6), mais toujours en dessous de 20 mg par millilitre (contre 60 mg aux États-Unis).

Gaïatrend développe ses prescriptions dans son laboratoire et s'appuie sur un département de recherche et développement dans lequel il investit 1 à 2 millions par an grâce à un crédit de recherche. Parmi la centaine de fabricants français de cigarettes électroniques, certains préfèrent externaliser la production de liquides. Mais tout le monde doit déposer les recettes sur une plateforme européenne depuis 2017.

•• Pour Gaairatrend, les perturbations actuelles du marché ne dureront pas. La société veut croire en l'évolution de la cigarette électronique. D'après Olivier Martzel "La meilleure alternative à la cigarette classique" et "Le meilleur moyen de sevrer",

Gaïatrend a investi 4,4 millions d'euros dans un outil logistique automatisé. Il produit 250 000 bouteilles de 10 millilitres par jourParmi ceux-ci, 10% sont exportés vers les pays frontaliers. Et s’attend à 2019 avec un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros.

•• L'industrie espère "Une position claire des autorités sur la cigarette électronique »Curriculum vitae Échos. Une étude nationale sera menée sous la responsabilité du professeur Ivan Berlin, qui devra mesurer l'efficacité par rapport aux substituts de la nicotine. Les résultats devraient être disponibles après 18 mois.

•• Le marché mondial de la cigarette électronique (équipements, importations, grossistes, usines, e-liquides, ventes) est estimé par l'Institut de recherche Xerfi en France à un peu moins d'un milliard d'euros. Les vapoteurs sont 3 millions en France, toujours correspondants Echos,

Lequel on sent 2950 le nombre de boutiquesune augmentation de 18% en cinq ans. En outre, à proximité 1000 marchands de tabac distribuer, avec une offre variée et complète.

Source : www.lemondedutabac.com