Vapotage: "Nous pouvons remettre en question les pratiques de commercialisation du passé pour les jeunes" (Jérôme Duffieux, Traditab)

Vapotage: "Nous pouvons remettre en question les pratiques de commercialisation du passé pour les jeunes" (Jérôme Duffieux, Traditab)

Grand problème d'évaporation Sud ouest (Numéro du 7 octobre), intitulé "Tout un secteur en émoi".

Sobrement, le journal régional résume la situation aux États-Unis (cf. Règlement du 4 octobre) sous la forme de diverses mesures de prohibition prises de l’autre côté de l’Atlantique, en Inde et en Israël (cf. procès-verbaux des 18 et 18 septembre). Et reprend des éléments d’interviews d’acteurs français ayant trait à l’impact économique en France (cf. arrêté du 29 septembre).

On notera deux contributions importantes des joueurs français.

•• Jérôme Duffieux (Directeur de Traditab), qui lancera cette semaine ses premiers e-liquides du Lot-et-Garonne (voir 5 octobre). " Donald Trump parle de la réglementation des liquides dont les arômes sont trop frappants pour les jeunes. Je suis plus pour. Nous parlons aux adultes qui ont arrêté de fumer et ceux qui veulent retrouver le sens du tabac avec une cigarette électronique. Je n'essaie pas de donner une leçon, mais nous pouvons remettre en question les pratiques de marketing du passé pour les jeunes.

"Notre activité doit être réglementée et normalisée. Et en Europe, il existe des réglementations qui évitent les excès observés aux États-Unis. Nous devons être sérieux, transparent et appliqué. "

•• Une vue que le propriétaire actuel d'un E-Cigarette magasin à Villemur-sur-Tarn. " Beaucoup semblent rester dans les gros titres des médias. Ils ne font pas la distinction entre ce qui se passe aux États-Unis et un marché français avec des produits fortement réglementés. Mon entreprise fait régulièrement des commentaires du type "Vous avez déjà vu cela vendre la mort!" Mes ventes moyennes de 350 euros par jour ont parfois chuté à 100 euros. Les fournisseurs signalent une baisse d'activité de 30%.

" Les Vapers veulent en savoir plus, on parle et c'est très sain, Les autres ont maintenant trop d'opinions à discuter. Si on veut reprendre confiance, il faut respecter scrupuleusement les informations, l'interdiction de vendre aux mineurs, mais aussi les emballages, parfois trop taquins pour les jeunes. "

Source : www.lemondedutabac.com