Butts: "voyez ce qui fonctionne le mieux …" (Mission Mégots)

Butts: "voyez ce qui fonctionne le mieux ..." (Mission Mégots)

Pleine page sur les mégots de cigarettes, en Le parisien / Aujourd'hui en France de ce mardi 11 août, principalement axé sur les messages et les données de la nouvelle Mission Mégots (voir 3 août).

" Nous allons faire une étude sur le terrain pour voir ce qui fonctionne le mieux. Nous devons nous attaquer de toute urgence à ce problème social ", Commentaires Cyril Lalo, Directeur des Affaires Publiques de Seita France, pour le compte de Mission Mégots.

•• Sur le des plages de Biscarrosse, Lacanau (Landes) ou Le Porge (Gironde), expérimentent depuis quelques jours de nouvelles méthodes de collecte des mégots de cigarettes. La Mission Butts a lancé des essais similaires le mois dernier à Lyon dans le transport public.

Autres initiatives pilotes dans le Gare Saint-Lazare, à Paris. " Nous testons une gradation d'installations sur chaque site De plus, des initiatives seront prises en collaboration avec le Confédération des magasins de tabac (Note de l'éditeur).

•• Les fabricants n'ont d'autre choix que de lutter contre ces méfaits, que l'individu peut punir d'une amende de 68 euros, note le quotidien: " en janvier, ils devront lancer un tout nouveau processus de " Responsabilité élargie des producteurs "(REPRÉSENTANT).

Selon le principe du pollueur-payeur, ils devront financer des campagnes de communication et de nettoyage voire équiper les lieux les plus visités, comme les gares ou les parvis d'immeubles de bureaux dans les quartiers d'affaires. ".

•• Les acteurs associatifs engagés dans la protection de l'environnement doivent encore être convaincus: " J'étais sur la plage du Porge, où un silo a été installé pour collecter uniquement les mégots de cigarettes, dans la restauration. D'accord, mais je n'ai vu aucun effet remarquable ", A déclaré Antidia Citores, porte-parole de l'ONG Surfrider.

" Lorsqu'il s'agit de pointer du doigt les fumeurs, c'est un processus où le consommateur se sent coupable et non la responsabilité des producteurs. Que vont-ils faire en amont pour concevoir des filtres moins remplis de produits chimiques, en aval pour recycler ces mégots collectés? "

•• Alice Comble, fondatrice d'une entreprise de collecte et de recyclage à Marseille Vert, espère seulement, toujours dans Le Parisien, que " ces études ne visent pas seulement à gagner du temps, à éviter d'avoir à lancer l'EPR comme prévu le 1er janvier ".

Voir aussi notre article sur les tubes pour faire les cigarettes

Source : www.lemondedutabac.com