CHR / Paris : le casse-tête de la nouvelle réglementation des terrasses

CHR / Paris : le casse-tête de la nouvelle réglementation des terrasses

A moins d'une semaine de l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation, le 1er juillet (voir 28 avril et 9 juin), de nombreux cafetières et restaurateurs craignent de perdre leur terrasse d'été installée sur des lieux de livraison ou sur deux roues. La ville de Paris rassure

Son compromis, selon le parisien : leur donner de l'espace pour accueillir les clients tout en créant un cadre juridique pour harmoniser le partage de l'espace public et sécuriser les lieux de livraison, indispensables pour les artisans et commerçants de la capitale.

•• Un restaurateur habitant rue de Grenelle (7e) déplore une forme d'arbitraire, qui pénaliserait les établissements qui n'ont pas la chance d'avoir une terrasse d'été sur un parking classique.

Le gérant d'un bar du 9e, dont la terrasse occupe un lieu de livraison, a écrit à la ville de Paris pour demander du temps, comme l'ont fait d'autres confrères : " nous voulons une tolérance pour le tenir pendant trois mois et l'essayer, et nous verrons pour l'année prochaine. S'il doit être installé pendant un mois puis désinstallé, ce n'est pas rentable ".

•• Olivia Polski, adjointe (PS) chargée du commerce, veulent faire preuve de bon sens. " Il n'y a pas de hache le 1er juillet » annonce-t-elle. Pour cette première saison, il y a une tolérance pour les terrasses aménagées sur des emplacements réservés.

" Plus de 500 demandes de terrasses d'été ont déjà été faites et la délivrance des permis pourrait prendre un certain temps » poursuit-elle. En effet, les demandes doivent être approuvées par les autorités de l'urbanisme et de la voirie, tandis que la police et les pompiers sont également consultés, afin que les terrasses ne gênent pas leurs interventions. Au total entre un et trois mois d'attente pour une éventuelle autorisation…

En revanche, il rejette les allégations de gestion arbitraire : les restaurateurs savaient que les terrasses seraient éphémères, il n'y avait jamais de surprises. Nous voulons les rendre durables, mais pour cela nous avons besoin d'un cadre pour réguler ".

•• De manière générale, l'installation des terrasses d'été est toujours bien accueillie par les professionnels parisiens. " Nous sommes heureux de cette décision " ne pas oublier David Zenouda, représentant de l'Umih Paris, " tout n'est pas idéal, on comprend les problèmes, tout est allé très vite ".

Les concertations se poursuivent et la ville de Paris plaide pour le travail en bons termes. Les demandes de déplacement de certaines places de stationnement peuvent être traitées au cas par cas avec les communes d'arrondissement.

Découvrez aussi notre article sur la tubeuse électrique

Source : www.lemondedutabac.com