Douanes : peines de prison pour les douaniers coupables d’exactions (AFP)

Carcassonne: quand la cour quitte le "gang organisé du commerce de cigarettes"

Cinq anciens hauts douaniers ont été condamnés à des peines de prison à Paris le 28 septembre pour une série “d’abus” impliquant un informateur controversé dans une affaire qui, selon la justice, a causé “un préjudice exceptionnel” à l’institution (voir 27 et 8 mai). C’est le début d’une expédition AFPsigné Jeremy Tordjman, que nous reprenons.

•• Espérant faire grimper les chiffres des saisies, ces fonctionnaires se sont tournés entre 2011 et 2015 vers un “conseiller”, Zoran Petrovic, pour le rémunérer en échange d’informations et fermer les yeux sur ses importations de contrefaçons.

L’ancien militaire serbe, mis à l’index, est donc occupé” un rôle tout aussi important et dévastateur malgré sa “dangerosité avérée” et ses liens avec le crime organisé, a déclaré la présidente du tribunal correctionnel, Bénédicte de Perthuis, au moment de prononcer la peine. L’enquête a également révélé que Zoran Petrovic aurait pu importer plusieurs tonnes de café contrefait et possiblement 75 tonnes de tabac de contrebande en France.

Au coeur de ce système frauduleux, le tribunal a d’abord emprisonné Vincent Sauvalère, patron du puissant Département des opérations douanières (DOD) de 2008 à 2014, “sans qui rien ne serait arrivé”: c’est lui qui a tué M. Petrovic en 2009. recruté et, malgré son pedigree, fera de lui un « indic » de choix au nom d’une « conception très particulière » de l’importance du service.

•• Condamné pour “corruption”, Pascal Schmidt, ancien patron du DOD du port du Havre, a été ” trop près ” être ” conseiller », a tranché le tribunal : il gardera ainsi dans son bureau 800 000 euros donnés par M. Petrovic et recevra de lui une Rolex et un boîtier Chopart.

Pour ces trois hommes, le tribunal correctionnel a réservé la peine la plus sévère : cinq ans de prison, dont deux sévères et convertibles, assortis pour M. Sauvalère d’une exclusion définitive de la fonction publique.

Ce dossier portait une amortissement exceptionnel tels que les douanes et conduit à rediriger l’ensemble du système de gestion des conseillers », a souligné la présidente Bénédicte de Perthuis, dont le tribunal est allé un peu plus loin que les prétentions.

•• L’affaire avait été déclenchée par une saisie record et suspecte de 43 tonnes de café en région parisienne en 2015, derrière laquelle les enquêteurs avaient identifié le système problématique d’échanges entre le DOD et M. Petrovic.

Selon l’enquête, cet “oncle” aux multiples surnoms (“Z”, “Alex”, “Le Grand”) a permis aux douanes de procéder à 32 saisies entre 2011 et 2015, mais il a été payé “abusé” à plus de 400.000 euros en circonstances difficiles assimilables à un “détournement de deniers publics”.

Atypique et irrégulière », donc le circuit de paiement était « non sécurisé et jette un doute sur l’identité réelle du bénéficiaire des fonds publics ‘ le tribunal a statué. En outre, le président a statué ” contraire aux intérêts de l’état » la rémunération d’un conseiller qui « mis en danger par les flics et importe des produits contrefaits.

•• Pour avoir négligé les avertissements concernant ces paiements en espèces non conformes, l’ancien chef de la direction nationale du renseignement des douanes (DNRED), Jean-Paul Garcia, a été condamné à un an de prison avec sursis. ” Sa négligence frise la complaisance “, a critiqué le président.

Le successeur de M. Sauvalère à la tête du DOD entre 2014 et 2017, Erwan Guilmin, a été condamné à un an de prison, tout comme son ancienne adjointe Magali Noël. Le tribunal a condamné plusieurs prévenus à verser au total plus de 346 000 euros de dommages et intérêts à l’Etat.

Deux autres prévenus qui n’exerçaient pas les droits de douane ont également été jugés : l’un a été condamné à 18 mois de prison avec sursis, le second a été libéré.

Voir aussi notre article sur les tubes pour faire les cigarettes

Source : www.lemondedutabac.com