Europe : vers une interdiction des arômes pour le tabac chauffé

Europe : vers une interdiction des arômes pour le tabac chauffé

La Commission européenne a proposé ce mercredi 29 juin d’interdire la vente des versions aromatisées du “tabac chauffé” dans les 27 pays de l’UE, annonce-t-elleAFP dans une émission dont nous citons des extraits.

La proposition n’affecte pas les cigarettes électroniques et les e-liquides, a déclaré un porte-parole de l’exécutif européen. Stefan De Keersmacker. ” Interdire les arômes pour ces liquides est une décision qui doit être prise États membres, ce n’est pas l’objet de notre proposition d’aujourd’hui “, il ajouta (…)

Toutefois, la Commission rappelle que le « chauffage » vise néanmoins à libérer de la nicotine et provoque l’émission d’autres produits chimiques potentiellement nocifs. L’idée est donc d’introduire une législation plus stricte dans les États membres pour arrêter cette nouvelle forme de tabagisme.

••Neuf cancers du poumon sur dix sont causés par le tabac, nous voulons rendre le tabagisme aussi inesthétique que possible pour protéger la santé de nos concitoyens et sauver des vies », justifié la commissaire européenne à la santé Stella Kyriakides.

Pour y parvenir, il est impératif de prendre des mesures plus fortes pour réduire la consommation de tabac, (…) et suivre les évolutions pour faire face au flux inexorable de nouveaux produits entrant sur le marché – ce qui est particulièrement important est de protéger les jeunes “, elle a ajouté.

La vente de “produits du tabac chauffé” a fait l’objet d’une directive européenne en 2014, qui fixe le cadre juridique sur le territoire de l’Union. Toutefois, les évolutions observées sur ce marché autorisent la Commission à modifier ce cadre (cf. 26 mai 2021).

L’exécutif européen a souligné le fait que les ventes de ce type de produits ont augmenté de 10 % ou plus dans au moins cinq pays de l’UE, ce qui est le minimum requis pour renforcer la législation. La proposition de la Commission va maintenant être examinée par un groupe d’experts des pays membres. Pour s’y opposer, les Etats doivent réunir une majorité qualifiée (55% des pays de l’UE, représentant au moins 65% de la population totale de l’UE).

À suivre …

Source : www.lemondedutabac.com