La CNCT condamne le site “wpuff.com” pour publicité illégale en faveur du vapotage

Carcassonne: quand la cour quitte le "gang organisé du commerce de cigarettes"

Le 16 septembre, le président de la Cour de justice de Paris, saisi par le Comité national contre le tabac (CNCT), a prononcé une injonction contre Akiva, la société éditrice des sites « wpuff.com » et « wpuff.fr », pour publicité en faveur du vapotage.

La CNCT (qui avait récemment dénoncé la présence de houppettes dans les magasins de décoration / voir le 9 juillet) se félicite de cette décision d’urgence, qui représente un premier coup contre la commercialisation extrêmement agressive des cigarettes électroniques jetables à destination des jeunes. Nous prenons son communiqué de presse.

Dans le cadre de sa mission de vigilance, la CNCT a découvert qu’Akiva, fabricant de produits de vapotage, était l’éditeur d’un site internet destiné à un public francophone aux adresses “wpuff.com” et “wpuff.fr” et d’un Instagram associé compte publicitaire dont le but est l’application présumée et la commercialisation active d’un dispositif électronique à vapeur portant la désignation “Wpuff l’unique e-cigarette recyclable pré-remplie”.

•• Contenu apparemment illégal qui encourage le vapotage et attire les jeunes

La page publicitaire “wpuff” et le compte Instagram associé sont entièrement dédiés à la promotion des dispositifs de vapotage électroniques jetables commercialisés en France. Au moment des faits (février 2022), différents onglets du site ont été attaqués, notamment : le menu « Boutique », le « Programme de recyclage », l’attribution de produits à des saveurs alimentaires ou gourmandes ou encore des « Codes Promos ». Autoriser l’abonnement est une violation flagrante de la loi, puisque la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur des produits du vapotage est strictement interdite (article L 3513-4 du code de la santé publique).

« Dès lors, la violation manifeste de l’interdiction de toute publicité desdits produits prévue à l’article L. 3513-4 3° du code de la santé publique est établie ».

•• Cette page, plusieurs fois modifiée depuis suite à la procédure engagée, s’adresse spécifiquement à un public de jeunes consommateurs. Le ciblage publicitaire est évident et le site n’a d’autre fonction que de promouvoir et commercialiser les produits de la vape.

Le juge a tranché : « En effet, ces insertions ne se limitent pas à informer le consommateur des caractéristiques objectives et essentielles des produits vapoteurs par rapport à « leur nature, composition, utilité, conditions d’utilisation ou conditions de vente », mais constituent manifestement des messages publicitaires. afin de stimuler la consommation des produits vendus sur le site ».

Enfin, le juge des référés a précisé que cette violation avait causé un certain préjudice à la CNCT, dont l’objet social est « de prévenir le tabagisme et de lutter contre l’usage du tabac et ses méfaits sous toutes ses formes ». Akiva peut faire appel de cette décision préliminaire mais abordera le fond de ces faits lors d’une audience devant le tribunal correctionnel de Paris prévue au premier semestre 2023.

•• Le phénomène « puff » continue de croître

La marque « Wpuff » (du fabricant français Liquideo) est toujours la plus connue en Franceune vingtaine d’autres marques proposent déjà des produits de ce type dans différents points de vente et sur Internet.

Les « Puffs » sont également disponibles en dehors du « Vapostore » en plusieurs dizaines de parfums sucrés ou fruités (guimauve, bonbon glacé, glace mangue, chocolat noisette, etc.) dans un packaging coloré et attractif, les emballages de confiserie d’ambiance étant très appréciés des enfants .

Cette propagation rapide fait craindre une nouvelle épidémie de dépendance à la nicotine chez les jeunes et met en évidence le problème de l’interdiction de toute publicité et promotion de ces produits et du respect de l’interdiction de les vendre aux mineurs. La généralisation de la vente de ces produits nécessite également le suivi de leur vente au sein d’un réseau spécifique.

•• Professeur Yves Martinet, Président du CNCT, Se félicite de cette décision importante pour protéger les plus jeunes, mettant fin à un marketing agressif en faveur des cigarettes électroniques jetables. Il souligne que « ces stratégies de commercialisation des produits de vapotage sont similaires à celles utilisées par l’industrie du tabac pour attirer les jeunes consommateurs. »

Source : www.lemondedutabac.com