Paris : répression de la logistique des vendeurs de tabac place de La Chapelle

Paris : répression de la logistique des vendeurs de tabac place de La Chapelle

De retour de Belgique, deux Afghans âgés de 32 et 26 ans ont été interpellés à Saint-Denis dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 septembre alors qu’ils déchargeaient des cartons de cigarettes contrefaites. 3 850 cartouches ont également été saisies, selon les informations de la Parisien.

Ils sont soupçonnés d’exploiter subrepticement l’un des plus grands points de vente de cigarettes français, situé place de la Chapelle, à Paris (18e), en s’approvisionnant notamment (voir 27 juillet 2022, 7 février). , 2020).

•• Grâce à un “tuyau”, les détectives sont sortis en mai dernier traces d’un des deux hommes soupçonnés d’avoir livré le “Petit Kaboul”, place de la Chapelle, où des dizaines d’Afghans vendent 5 euros le paquet de cigarettes. Sans doute le plus prisé avec celui de Barbès (voir 15 juillet 2021), situé à proximité, et celui des Quatre-Chemins à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis / voir 25 décembre 2021). La circulation passe également devant de nombreuses gares RER en Ile-de-France.

Dès septembre, les chercheurs ont déterminé que leur « cible » conduisait une Ford Focus. En étudiant la géolocalisation du véhicule, la police détermine qu’il est trois fois par semaine en Belgiqueaccompagné d’un complice, au volant d’une Mercedes Vito.

Dès que les deux hommes ont mis les pieds en France, ils ont été suivis par le DCO (Direction de lutte contre le crime organisé). C’est ainsi qu’un boîte où se trouvaient les boîtes de cigarettes a été découvert rue Marcadet (18ème), très proche du “Petit Kaboul”. Ici la police va mettre la main sur 1800 cartouches (le reste a été confisqué dans l’un des deux véhicules).

•• Selon une source proche de l’enquête, un “lieu de transaction récurrent” au retour de Belgique se situait également avenue du Président-Wilson, à Saint-Denis.

Finalement, les détectives décident de commencer leur opération à leur retour de Belgique. ” Le problème c’est que les deux mecs choisissent ce moment précis pour ne plus y aller ? jaune rigole une source policière », pendant quatre nuits, nous sommes restés en attente de ravitaillement. Finalement, ils décidèrent de repartir. »

•• Selon le parisienles deux contrôleurs aériens étaient alimentés à partir d’un réseau russophone.

Au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine), le procès aura lieu en octobre contre plusieurs hommes, principalement des Ukrainiens et des Arméniens, qui sont accusés d’approvisionner une dizaine de grossistes dans toute l’Ile-de-France (voir 9 juillet 2020). Ils contrôlaient des réseaux de marchands ambulants… La répression, menée par le même service DCO, avait permis d’obtenir 33 000 cartouches dans un entrepôt de Vaux-le-Pénil (Seine-et-Marne). Photo: Le Parisien

Découvrez aussi notre article sur la tubeuse électrique

Source : www.lemondedutabac.com