Rouen: Justice / Police mic-mac autour de cigarettes de contrebande sous scellés

Rouen: Justice / Police mic-mac autour de cigarettes de contrebande sous scellés

Une enquête sur la destruction de cigarettes de contrebande – saisies lors d'une arrestation puis “ offertes '' à un magistrat par deux policiers de Rouen – a été ouverte il y a quelques semaines et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), a indiqué 76 actualités. Mais les policiers remettent en question la sincérité de leur accusateur.

Tout commence par une lettre du magistrat à ses supérieurs.

•• Selon les médias, elle affirme par écrit que ces deux policiers du Judicial Support Group (GAJ) lui ont offert des cigarettes à la suite du démantèlement de la traite des êtres humains. De emballages scellés qui aurait dû être détruit.

Leur intégrité a été mise en cause, les deux policiers du GAJ ont chacun fait un rapport à leur direction affirmant que c'était le procureur qui avait proposé de conserver ces cigarettes par téléphone pour leur consommation ou celle de leurs proches.

•• La saisie remonte à un peu plus d'un mois, a déclaré Paris Normandie. UNE vendeur de rue des cigarettes de contrebande avaient été arrêtées et des cartouches saisies. Pendant que la garde à vue se poursuivait, le député a ordonné la destruction des cigarettes. Ont-ils été détruits? L'enquête devra le montrer.

L'affaire a été désorientée par le parquet de Dieppe, qui a ordonné une enquête par l'IGPN de Rennes. En attendant, les auditions sont prévues pour les semaines à venir et les résultats de l'enquête, les deux femmes du GAJ ont changé de fonctions.

Voir aussi notre article sur les tubes à cigarette

Source : www.lemondedutabac.com