Val-d'Oise: les coulisses du démantèlement d'un important réseau de contrebande de narguilé

Val-d'Oise: les coulisses du démantèlement d'un important réseau de contrebande de narguilé

Longue enquête, enquête fructueuse … L'enquête menée par les gendarmes de la Section de recherche sur le transport aérien de Roissy (SRTA) a conduit à des accusations contre un commerçant d'Arnouville et cinq autres suspects la semaine dernière. Ceci après l'intervention de leur fournisseur présumé au printemps.

En avril dernier, au milieu d'une période d'incarcération, le groupe de soutien et de renseignement de l'unité Gonesse a découvert le commerce de tabac à chicha importé illégalement de l'étranger via un canal organisé, rapporte Le parisien.

•• Un homme soupçonné d'avoir participé à la manœuvre a alors été placé sous étroite surveillance. Les refuges ont rapidement confirmé qu'en dépit des mesures d'assainissement, son commerce de semi-gros fonctionnait depuis son domicile en plein jour. Il a vendu sa marchandise sur Snapchat.

Pendant Ça première opération, lors d'une perquisition à son domicile à Villiers-le-Bel, des chercheurs ont trouvé des preuves de traite à grande échelle: 425 kilos de tabac à chicha de contrebande et plus de 106 000 euros en espèces, dont la moitié est cachée dans la sécheuse.

•• Après plusieurs mois d'observations et de recherches, deux autres protagonistes, de la communauté sri-lankaise, sont identifiés et situés dans le Val-d & # 39; Oise. Les dirigeants de deux sociétés, dont le Bazar d'Arnouville, sont soupçonnés de revendre du tabac à chicha.

Mardi 2 février dernier, une dernière opération a eu lieu en présence du juge d'instruction, au cours de laquelle pas moins de 60 militaires de la gendarmerie de l'aviation ont été mobilisés. Il vise juste 9 personnes placé en garde à vue. Pas moins de 15 autres protagonistes sont entendus par le service d'enquête.

Selon les gendarmes et le tribunal judiciaire de Pontoise, « cette opération confirme le volume de trafic, qui représente une grande partie du chiffre d'affaires des entreprises recherchées ". L'accent est mis sur attaques avec " sur près de 1,5 tonne de tabac à chicha et plus de 100000 euros en espèces ".

•• Le directeur du Bazar d'Arnouville l'aurait reconnu revente de tabac à narguilé depuis 2016, qui était devenu la principale source de son métier. C'est aussi une question de revenus "extraordinairement confortables" provenant des ventes de tabac. Il aurait également admis avoir utilisé le confinement pour développer davantage son activité.

A côté du deuxième concessionnaire d'Arnouville – pour qui le la vente de contrebande représente 30% du chiffre d'affaires – une femme est également poursuivie pour avoir entreposé les marchandises chez elle.

Chacun d'eux travaillait indépendamment, indépendamment les uns des autres, selon leur avocat. L'un d'eux avait déjà été condamné pour les mêmes faits en 2018.

•• Sur les neuf suspects qui ont obtenu la priorité, six ont été déférés devant le juge d'instruction et inculpés après leur garde à vue.

Voir également 6 février 2021 et 15 novembre et 14 septembre 2020.

Source : www.lemondedutabac.com

  • Les Coulisses du Style Cours d'auto-maquillage de 3h
    Apprendre les trucs et astuces d’un maquillage de professionnel afin d’être belle en quelques minutes au quotidien