Vape / Alcool : une communication de plus en plus litigieuse sur les réseaux sociaux

Vape / Alcool : une communication de plus en plus litigieuse sur les réseaux sociaux

Claudia Cohen, journaliste pour le Figaro, a mené l’enquête sur les réseaux sociaux préférés des jeunes où les influenceurs, entre autres, vantent les mérites du vapotage ou de l’alcool. Une enquête transmise à BFM Business en ligne. Le point sur une situation qui va évoluer.

Démarrer : ” Les amis, je dois vous dire ceci : le vapotage à la bouffée est sérieux, la tendance du moment. Le mien est sans nicotine. Mais pour les personnes beaucoup plus accros à la cigarette, il y en a aussi à la nicotine. C’est en ces termes que leinfluenceuse Sarah Fraisou présente, à ses 3,6 millions d’abonnés sur Snapchatune marque de cigarettes électroniques jetables, et veillez à inclure un lien vers le site de vente en ligne…

Sur les réseaux sociaux préférés des jeunes, comme Snapchat, TikTok et Instagram, les influenceurs vantent les mérites des produits du vapotage aux packagings colorés et aux arômes fruités. Le phénomène a atteint des proportions telles que Le ministère de la Santé vient d’adresser un rapport au parquet† † La consommation d’un petit public se développe sous l’effet de promotions et soldes cachées, déguisées sur les réseaux sociaux, s’inquiète le ministère. Alors que la publicité, directe ou indirecte, en faveur du vapotage, comme pour le tabac, est interdite par le code de la santé publique (voir 18 mars).

Seules les affiches publicitaires peuvent être accrochées dans les points de vente, sans être visibles de l’extérieur.

Pourtant, les exemples de marques signalées sur les réseaux sont nombreux : WPuff, X-Bar ou Puffme. † Philipp Morris France en décembre 2021 et British American Tabacco en février 2022 ont été condamnés à Paris pour avoir fait de la publicité illégale pour leurs produits. Aujourd’hui, une nouvelle vague de marques spécialisées dans la vape jetable enfreint à son tour la loi. “, Expliquer Amélie Eschenbrenner, porte-parole du Comité national contre le tabagisme (CNTC / voir 4 décembre 2021 et 9 mars 2022). Son équipe surveille ces abus. Mais comme les publications ne mentionnent jamais de partenariat, il est difficile pour le CNTC de prouver que les marques en sont à l’origine. Concernant le gouvernement, l’association assure néanmoins qu’elle “envisage d’intenter une action en justice” contre plusieurs entreprises.

Contactée, la société French Bar, fabricant de la cigarette X-Bar, réfute toute association rémunérée avec des influenceurs. † Comme Squeezie (7,6 millions d’abonnés), les influenceurs en parlent car c’est un produit buzz », répond son dirigeant Olivier Sarfati, qui reconnaît des pneumatiques de circonstance, « parfois nous envoyons des produits à des influenceurs lors de lancements pour les faire connaître.

Liquideo, la société française derrière WPuff, a refusé de commenter.

Cyril Attias, fondateur d’agencedesmediassociaux.com, dit avoir été approché par une marque de vapotage. † Le deal était de 100 000 euros pour placer des micro-influenceurs, même nano (moins de 10 000 abonnés), dans des événements et promouvoir les produits sur TikTok. Des quatre agences contactées, nous sommes la seule à avoir refusé il jure.

Déjà épinglé sur les mauvaises pratiques dans le passé, une partie de l’industrie des boissons semble n’avoir pas retenu la leçon reprendre Le Figaro

Ces derniers jours, des influenceurs aux millions d’abonnés, comme Noholita et LénaSituations, ont pourtant publié toute une série de photos de bières Heineken dans un cadre festif, mentionnant la marque. Le brasseur les a invités en Californie pour profiter du soleil pour le festival de musique de Coachella. Contacté, Heineken s’occupera de faire ces invitations à ces événements” dans un cadre non rémunéré et strict concernant l’âge de l’audience de ces influenceurs “. En tant que tel, ” les influenceurs restent en effet libres dans leur production éditoriale

Une manière subtile de ramener la balle dans son camp ? Franck Lecas, responsable de la section juridique Évin de l’Association Addictions Franceexplique qu’il n’est souvent pas nécessaire d’apporter la preuve d’une transaction commerciale afin que la notion de publicité soit préservée par un juge et que le contenu soit supprimé

Il y a quelques jours, l’association a assigné en justice TikTok et Instagram pour révéler l’identité du créateur des pages “Best-Riflon”, qui font la promotion du pastis Ricard. Pernod Ricard est au courant de la procédure et nous assure qu’elle ” non lié à cette initiative, ni à aucune autre initiative similaire, qui est contraire à la loi “. Il regrette” l’impact négatif sur l’image du détournement de marque

Le tribunal statuera le 13 mai. Elle sera l’une des premières à invoquer les nouvelles dispositions sur la responsabilité des plateformes, votées en 2021 dans le cadre de la loi contre les séparatismes.

Le ministère de la Santé, qui affirme placer ces questions de santé publique dans ses “dossiers prioritaires”, a rappelé que les marques de vapotage et d’alcool faisant de la publicité illégale pourraient encourir des amendes de respectivement 100 000 euros et 75 000 euros.

Source : www.lemondedutabac.com

  • Le Coq Qui Vape Île Flottante Le Coq Qui Vape Premium 50ml
    Le Coq qui Vape Premium revient avec des créations toutes plus gourmandes les unes que les autres en format 50 ml ! Savoureusement réaliste, l' Île Flottante nous dévoile des arômes d' œufs à la neige sur un lit de crème anglaise et recouverts de caramel ! Dosage PG/VG : 50/50 Comment ajouter de la nicotine à mon e-liquide 50ml ? Un e-liquide au format 50 ml ne contient pas de nicotine mais il est tout à fait possible d'en ajouter en utilisant des boosters. En principe, les flacons sont remplis à hauteur de 50 ml mais peuvent en réalité contenir 60 ou 70 ml de liquide. Vous pourrez donc ajouter 1 booster de nicotine pour obtenir un dosage total de 3 mg environ ou 2 boosters pour du 6 mg . environ. Il est conseillé de ne pas ajouter plus de deux boosters dans un e-liquide 50 ml car au-delà, les saveurs seront diluées et le liquide perdra de sa puissance aromatique. Pour ajouter de la nicotine à votre e-liquide, il suffit donc d'ouvrir la fiole et de retirer le bec verseur pour y verser le ou les boosters. Refermez le tout et mélangez bien afin que les molécules se répartissent de façon homogène. L'ajout de nicotine reste finalement la forme la plus simple du DIY mais en cas de doute sur le nombre de boosters à ajouter, notre calculateur est là pour vous aider.