Vaping/Puff : l’Alliance contre le tabac demande son “interdiction immédiate”

Vaping/Puff : l'Alliance contre le tabac demande son "interdiction immédiate"

La “bouffée”, cette “cigarette jetable” électronique au goût fruité, inquiète l’Alliance contre le tabac (ACT). Dans une nouvelle étude publiée le 25 octobre par Le Parisien et Le figaro Relancé, le collectif anti-tabac tire la sonnette d’alarme sur ce nouveau “gadget” des cours de collège et lycée, dont l’usage s’est multiplié depuis son apparition sur le marché.

Selon ACT, en deux ans 13% des 13-16 ans ont testé la “puff” et 9% l’ont achetée (voir 19 octobre, 14 septembre et 8 septembre). Cependant, son utilisation régulière n’est pas anodine, poursuit Le Parisien. Semblable aux cigarettes électroniques “classiques”, la teneur en nicotine des bouffées varie généralement entre 0,09% et 1,7% et peut atteindre jusqu’à 5% selon les quotidiens.

•• L’ACT revendique ainsi son ” interdiction immédiate “. C’est, selon son président Loïc Josseran, empêcher un une épidémie pédiatrique “.

La force du « bordel », dénonce ACT, est son marketing attractif, qui laisse derrière lui l’image d’un objet inoffensif. Les saveurs varient entre la limonade, la barbe à papa, l’orange glacée, le mojito ou le chocolat aux noisettes et le “Emballage» lui donne l’apparence d’un bonbon, poursuit Le figaro. Selon l’étude, 52% des adolescents aiment souffler et disent que le nuage de vapeur est amusant à jouer.

•• Cependant, le “puffing” devrait être interdit aux mineurs. ” Je peux comprendre qu’on confond un 17,5 ans avec un 18 ans mais pas avec un 13 ans !», s’insurge le président d’ACT auprès des Parisiens.

Comme le rappelle le rapport, une « bouffée » d’une capacité de 600 bouffées équivaut à deux paquets de cigarettes. Et les bouffées gagnent en puissance : certaines durent désormais jusqu’à 2 000 bouffées, souligne l’ACT.

Chez les adolescents qui ont failli vapoter 30% ont commencé leur introduction à la nicotine par la “bouffée”. Environ 20 % se sont alors tournés vers une autre forme de produit du tabac, toujours selon le groupe associatif. “C’est pourquoi les industriels captent les 13-16 ans. S’ils parviennent à les faire passer au vapotage ou au tabac quand ils sont jeunes, c’est gagné. Le “Puff” est un piège ! ‘ poursuit Loïc Josseran.

•• Tenu par qui ? Sur cette question, l’ACT avoue son ignorance : Il aurait été développé par deux américains et d’abord commercialisé sur la côte ouest début 2020 avant d’être racheté par des sociétés chinoises ‘ explique le collectif.

Le débat sur l’interdiction est également ouvert aux États-Unis. Le 13 avril, Juul Labs a accepté de payer 22,5 millions de euros à l’État de Washington après que le procureur général a déposé une plainte accusant le fabricant de cibler les jeunes, y compris les mineurs, et d’augmenter le potentiel addictif du produit (voir 25). Photo: Le Parisien

Source : www.lemondedutabac.com