Vapotage : “Le train et l’engagement éthique des buralistes” (Philippe Coy / AFP)

Vapotage : "Le train et l'engagement éthique des buralistes" (Philippe Coy / AFP)

SuccèsCommerciale mais bombe à retardement sanitaire et environnementale, la Puff, une cigarette électronique jetable destinée aux jeunes à risque d’addiction des mineurs à la nicotine, sera au centre du congrèses bureau de tabac annuel pendant les débats.

C’est ainsi qu’un envoi commence AFPsigné Rébecca Frasquet, que nous adoptons.

Avec ses saveurs enfantines, sucrées ou fruitées (« guimauve », « bonbon glace », « chocolat-noisette »…), son packaging coloré rappelant le bonbon et son prix pas cher de 8 à 12 euros les 500 choux, la pâte feuilletée, qui se décline sous une vingtaine de marques, inquièteete parce qu’il cible les adolescents alors que la cigarette électronique est interdite aux mineurs (voir 14 septembre et 30 mai).

••De plus en plus populaire sur les réseaux sociaux, il a une image plutôt positive et anodine auprès du grand public.es de jeunes », où il peut contenir jusqu’à 20 mg/ml de nicotine, une substance addictive Une passerelle vers la cigarette pour les jeunes, prévient l’Alliance contre le tabac.

Ainsi, la société EliquidAndCo, qui commercialise le stylo vape French Puff « goût tabac blond », ne se cache pas de présenter « le goût et le geste de la cigarette » aux jeunes avec l’argument commercial : « Vous aurez vraiment envie de fumer avec une cigarette de tabac », a souligné l’association 60 millions de consommateurs.

•• La vente de pâte feuilletée – également commercialisée sur Internet ou dans les vapostores – représente déjà la moitié du chiffre d’affaires de la cigarette électronique pour certains buralistes : Cela vous rapporte 140 millions d’euros avec 3,6 milliards de chiffre d’affaires annuel brut.

La Confédération des Marchands de Tabac, qui réunit ses membres pour son Congrèses annuel jeudi et vendredi à Paris, est heureux de la vente dynamique de ce nouveau produit “, il a ditAFP son président Philippe Coy. Mais elle se plaint La commercialisation se fait autour du train, avec un ciblage clairement défini sur une population jeune “, souligne-t-il. Cela nous met dans une situation tres délicat : les influenceurs ont communiqué sur TikTok, cela a conduit à une demande que nous devons refuser, ce qui est assez compliqué pour nous au quotidien ” rapporte-t-il.

•• Au printemps, Le ministreeconcernant la santé avait porté plainte auprès du parquet, compte tenu de la “forte promotion” de la maison close dans “les réseaux sociaux fréquentés majoritairement par des jeunes” (voir 18 mars).

Le respect de l’interdiction de vente des quatre produits du buraliste tabac, cigarettes électroniques, alcool et jeux d’argent aux mineurs fait partie de “l’engagement” d’une profession qui s’occupe aussi des “nouvelles gammes de produits sensibles de demain”, précise M. Coy.

Les quelque 23 500 buralistes de la région sont souvent pointés du doigt avec le thème : fin 2021 Le Comitée contre le tabac (CNCT) ont affirmé, à la suite d’une enquête Mystery Shopper auprès de jeunes de 17 ans, que six sur dix avaient enfreint l’interdiction de vente de tabac aux mineurs (voir ci-dessous).

Le Bund a créé un groupe éthique pour remettre de l’ordre : c’est bien que nous soyons confrontés à une difficulté, nous en sommes conscients… ce n’est pas vraieC’est populaire (au sein du réseau, ndlr), mais aujourd’hui c’est comme ça qu’on va faire dit M. Coy.

•• Le train est aussi un problèmeeenvironnement je : Cette ” Le produit en plastique à usage unique avec une batterie au lithium est un “déchet que l’on commence à trouver sur les plages », rapporte Diane Beaumenay-Joannet, chef de projet plasturgie à l’ONG Surfrider.

Parce que c’est jetable, moins cher qu’un paquet de cigarettes, et parce que la cible est jeune, on va en trouver de plus en plus dans l’environnement elle dit et pointe le manque de communication qu’il faut remettre dans une poubelle appropriéee “.

L’évolution vers “des produits plus éco-conçus et durables” nécessiterait une révision de la directive européenne sur les produits en plastique à usage unique, qui “n’est pas à l’ordre du jour”, déplore Mme Beaumenay-Joannet, pour qui ” La bouffée aura le temps d’inonder le marché et de produire beaucoup de nouvelle litière “.

Source : www.lemondedutabac.com