Vapotage / Puff : “Ensemble (professionnels et collectivités) pour développer des outils, en ligne et en magasin, pour contrôler l’âge des utilisateurs” Vincent Durieux (France Vapotage)

Vapotage / Puff : "Ensemble (professionnels et collectivités) pour développer des outils, en ligne et en magasin, pour contrôler l'âge des utilisateurs" Vincent Durieux (France Vapotage)

Le figaro revient sur le phénomène de la bouffée avec une légende sensationnelle : ” La nouvelle star du buraliste, la cigarette électronique jetable, bouscule le marché de la vape “. Nous décrivons l’essentiel.

Depuis janvier, ce nouveau segment tire le marché du vapotage, estimé à 2,8 millions d’utilisateurs et 832 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021 (80 % en systèmes ouverts et 20 % en systèmes fermés). Certains estiment qu’il représente déjà 10% du marché. Chez les buralistes qu’ils stockent, les ventes de produits de la vape ont augmenté de 20% à 30% au premier trimestre (voir 9 et 18 mars, 26 février).

•• Si le marché de la cigarette électronique jetable regroupe des marques variées (Puff Mi, Geek Bar, Halo, etc.), il a pris de l’ampleur sous l’impulsion de WPuff, qui a fait ses débuts fin 2021, et de X-Bar. Les deux marques appartiennent à des sociétés françaises, Liquideo pour WPuff, French Lab pour X-Bar.

Leur succès est tel qu’ils peinent à proposer des débouchés. X-Bar, qui dit avoir vendu “plusieurs millions” de produits dans une quinzaine de pays, revendique 60% du marché français de l’e-cigarette jetable. WPuff n’a pas voulu répondre aux questions Figaro. Ces marchés sont également distribués via des « vape shops » et chez certains discounters comme GiFi. Certains magasins de la marque proposent un libre-service au rayon confiserie – une pratique interdite pour les produits contenant de la nicotine.

Les bordels ont des spécialités Parts de marché accaparées par les systèmes fermés, un segment dominé par les cigarettiers. Ils ont également séduit de nouveaux consommateurs grâce à leur prix unitaire abordable (7 euros pièce contre 20 euros pour un kit système fermé et deux pods). ” Nous avons attiré ceux qui étaient déçus de leur expérience e-cigarette », précise Olivier Sarfati, responsable du laboratoire français.

•• Le bordel est également devenu un phénomène chez les adolescents. Facile d’utilisation, peu onéreux (au moins à l’unité) et compact, il séduit de nombreux jeunes, pour qui il s’agit souvent de leur première exposition à la nicotine. Leur design aux couleurs pétillantes, leurs saveurs (glace coco, guimauve, etc.) confondent (…)

X-Bar et WPuff sont toujours présents sur les réseaux sociaux. ” Sur notre page Instagram, nous nous limitons aux particularités des produits », assure Olivier Sarfati. Mais les influenceurs en font la promotion sur TikTok. ” Ils en parlent car c’est un produit qui fait tourner les têtes répond Olivier Sarfati : « Nous envoyons parfois des produits à des influenceurs lors du lancement pour aider à faire passer le mot “.

•• Vendre aux mineurs embarrasse les acteurs. ” Nous n’avons aucune influence sur la distribution ‘ répond le patron de X-Bar.

Les buralistes, accusés de fermer les yeux sur l’âge des clients, soulignent l’accent mis sur l’éthique dans leur formation. ” Certains buralistes proches des écoles ont choisi de ne pas répertorier les cigarettes électroniques jetables “, assuré Philippe CoyPrésident de l’Association des marchands de tabac.

Cependant, certains louent l’arrivée de nouveaux produits sur leurs pages Facebook. ” L’émergence de ces acteurs nous oblige à être plus vigilants ” estime Philippe Coy. Et de rappeler à l’Etat sa responsabilité : ” Plus de rigueur est nécessaire dans l’application des règles, qu’il s’agisse de contrôles dans les points de vente, y compris les hard discounters, les emballages ou le marketing associé “.

••Il faut promouvoir la réglementation adaptée au vapotage et développer ensemble (professionnels et autorités) les outils en ligne et en magasin pour contrôler l’âge des utilisateurs “, ajoute Vincent Durieux, Président de France Vapotagereprésentant les vapoteurs.

L’amertume domine tant chez les buralistes que chez les fabricants. Après dix ans de structuration du marché, ils craignent l’impact de la puff sur l’image de la filière. Cela avait souffert après le scandale de la cigarette électronique aux États-Unis fin 2019. » Les mélanges sont à éviter se souvient Vincent Durieux, ” Le vapotage aide des millions de personnes à arrêter de fumer “.

Source : www.lemondedutabac.com